Désormais installée, l’IRM attend ses premiers patients

En service depuis le 14 février, elle a été présentée ce vendredi.
Elle a accueilli son premier patient le 14 février. Le carnet de rendez-vous ne désemplit pas, preuve qu’elle répond à un besoin, mais elle ne tournera à plein régime que dans cinq à six semaines. 11 000 actes devraient être pratiqués annuellement dans un bassin de santé estimé à 190 000 personnes.
Il faut encore un peu de temps pour que le personnel soit totalement formé par les techniciens de Siemens, le fabricant, à l’utilisation de cette machine. On dit d’elle qu’elle a les dernières évolutions techniques et qu’elle est, pour l’heure, la première de cette génération en France.
 
 
Une IRM dernière génération
Elle ? C’est l’IRM (Imagerie à résonance magnétique). Elle a officiellement été présentée ce vendredi au pôle santé Louis-Serre. Il y avait là une partie des acteurs qui, durant de nombreuses années, ont multiplié les dossiers auprès de l’ARS pour obtenir, en juillet dernier, après six ans de mobilisation, l’installation d’une telle machine dans la cité pescalune.
«Une volonté politique forte»pour Claude Arnaud, le maire de la ville, même si les rangs des politiques justement, qui ont joué l’union sacrée sur ce dossier, étaient un peu clairsemés au moment de cette présentation (lire par ailleurs). Une union sacrée entre le public et le privé également sur laquelle ont insisté Serge Constantin, président du groupe Clinipole, dont fait partie la clinique Via Domitia qui porte financièrement le projet ; Bertrand Vanneufville, le directeur de l’hôpital, et Jean-Paul Roustan, l’élu à la santé.
«Sans fausse modestie, ce qui se fait à Lunel est un exemple en terme de partenariat», a insisté le premier. Installée dans une structure provisoire, cette IRM dernière génération décèle des lésions, des anomalies des vaisseaux, des tumeurs ou encore des hernies que d’autres examens ne voient pas.
«La neurologie, l’ORL et les pathologies prostatiques bénéficieront aussi des explorations de cette IRM», dit le docteur Christian Dagorn.
 
Toute l’offre de soins sur un seul site d’ici 2022
Ce centre d’imagerie est ouvert toute la journée du lundi au vendredi et le samedi matin. Il fonctionnera également avec un système d’astreinte 24 h/ 24 pour les urgences. D’ici l’année prochaine, il sera installé dans un nouveau bâtiment, le troisième du pôle santé. Ce vendredi, il a été confirmé qu’un quatrième bâtiment accueillera un établissement de rééducation gériatrique. À l’horizon 2022, ce sont les structures publiques qui existent place de la République et à Brunel qui trouveront place sur le site du pôle santé. Sera alors concentrée en un seul lieu toute l’offre de soin de la cité pescalune.
 
FRÉDÉRIC PRADES fprades@midilibre.com
Source: Midilibre