Artériographie Embolisation - Groupe CRP - Radiologie Montpellier
Radiofréquence

Principes du traitement par radiofréquence
La radiofréquence est une technique récente de traitement mini invasif de certains cancers chez des patients fragiles pour lesquels la chirurgie est risquée. Les études montrent que les résultats sont très bons par rapport à la chirurgie.

On peut ainsi traiter certaines tumeurs bénignes osseuses (ostéome ostéoïde) ou malignes dans la limite d’une certaine taille et de l’absence de contre-indication: cancers du poumon, du foie (carcinome hépatocellulaire et certaines métastases) et du rein.

Une radiofréquence ne peut être décidée que lors d’une Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) réunissant plusieurs médecins de disciplines complémentaires en cancérologie : chirurgiens, oncologues, radiothérapeutes, radiologues, anatomopathologistes…

Modalités de réalisation d’un traitement par radiofréquence

Le principe est simple et la procédure ne prend pas plus d’une heure. Le patient bénéficie d’une anesthésie le plus souvent générale (parfois simplement locorégionale) : sous échographie ou sous scanner, le radiologue introduit une sonde dans la tumeur et la fait chauffer à plus de 80° C pendant une quinzaine de minutes environ. Cela a pour effet de détruire la tumeur. Il suffit ensuite de retirer la sonde et l’intervention est terminée, sans cicatrice.

Il est ensuite nécessaire de faire une simple surveillance régulière, souvent au scanner, comme après une chirurgie.

 

Suites d’un traitement par radiofréquence

La récupération est en général rapide, y compris chez les patients fragiles : en effet, on ne touche quasiment pas aux parties saines de l’organe contenant la tumeur, ce qui lui permet de garder sa fonction quasiment inchangée par rapport à avant l’opération.  Ceci est important par exemple lors du traitement d’un cancer du rein chez un insuffisant rénal modéré ou d’un cancer pulmonaire chez un insuffisant respiratoire.

Les modifications radiologiques liées à la radiofréquence sont encore peu connues et il est important que le suivi au long cours soit fait par des radiologues entraînés.